Nòvas


AGENDA : Manifestacion per l'avenir del Patrimòni Occitan

LO 11 DE FEBRIER MANIFESTEM A 9 H 30 AL GONSELH GENERAL PER L’AVENIR DEL PATRIMÒNI OCCITAN FIN DEL CONSELH GENERAL,

UN AVENIDOR OCCITAN AL CONSELH  DEPARTAMENTAL


Uèi es la darrièra amassada publica del Conselh General.
Lo mes que ven votaretz per elegir una novèla amassada, renovelada entièrament, que vendrà lo
novèl Conselh Departamental.
Sèm dins lo temps del debat democratic..
Aquí perqué venèm aici, nautres, ciutadans e associacions, per lançar una alarma sus la situacion catastrofica ont se trapan la lenga e de la cultura occitanas en general e subretot aquí dins lo departament d’Erau.
S’agís del patrimòni de nòstre departament, de nòstre país, patrimòni viu e istoric. E lo patrimòni viu es tant important e fragil coma l’autre patrimòni istoric, aqueste qu’es material.
Cap a una situacion de l’occitan qu’es estada declarada per l’UNESCO en « Grand Dangièr », per nautres, la mobilizacion s’impausa. Deu venir de la basa, dels quites ciutadans e s’adreça a lors amassadas territorialas.
E a la basa constatam qu’existís una demanda fòrta tre que i a una ofèrta de qualitat. O constatam cada jorn dins las escòlas, los balètis, las accions culturalas.
A aquesta demanda las associacions respondon lo mai sovent gaireben solas. Cap d’iniciativa de l’Estat e una accion dels poders publics qu’es notoriament de mai en mai indigenta, subretot dins l’ensenhament, e quasi nula dins lo domèni de la cultura.
Esperam de las collectivitats que s’impliquen e agiscan amb determinacion per balhar un avenir a lor patrimòni, patrimòni qu’an lo dever de perpetuar per las generacions a venir e qu’es la riquèsa d’uèi e de deman de lor territòri.
Fauta de que son en defaut e assumisson pas lor responsabilitat qu’es, al minimum, de transmetre en bon estat a las generacions a venir lo patrimòni recebut e eiretatge.
Dins aquestes temps de crisi nos objèctan las dificultats budgetàrias. Es una falsa bona rason.
Es que al nom de la crisi refusan de mandar de pompièrs quand la selva, patrimòni natural, crèma ? Es que se privan de canadairs al motiu que i a de problèmas budgetaris en prometre de los faire virar a la fin de la crisi ?
Es çò que se passa actualament per l’occitan. En realitat CONTRE l’occitan.
Cap a aquò volèm uèi alertar los elegits e candidats a las eleccions de mars de 2015, alertar tanben la populacion, de la necessitat d’una mobilizacion activa e eficaça que se balha los mejans d’evitar un desastre cultural a nòstre departament.
Salvar lo patrimòni rapòrta totjorn de beneficis a tèrme long. E nòstra region o sap plan. Que, se calguèt l’obstinacion capuda de qualques bauges per salvar, 100 ans abans los comjats pagats e
lo torisme de massa, la Ciutat de Carcassona e las arènas de Nimes, vesèm uèi coma es estat pagant per la region.
Pèrdre son patrimòni es totjorn s’apaurir.
Lo daissar se destruire es roïnar la collectivitat que n’avèm la responsabilitat.
UN PAÍS QUE DEFEN PAS SA CULTURA E SA LENGA DEFENDRÀ PAS RES
L’accion uèi es tota entièra virada cap a l’avenir.
Podèm pas que constatar que, pendent las darrièras annadas, l’accion del Conselh General es estada fòrt contrastada :
– un sosten segur dins lo sector de l’ensenhament (honor a Pèire Morel pel collègi occitan),
– un abandon total e una evolucion calamitosa dins lo sector de la cultura,
– res, absoludament res per la socialisacion de la lenga occitana (sinhaletica bilingüa…)


INICIATIVA LENGADÒC



UN AVENIR OCCITAN AU FUTUR CONSEIL DEPARTEMENTAL ?


C’est aujourd’hui la dernière assemblée publique du Conseil Général de l’Hérault.
Le mois prochain vous voterez pour élire une nouvelle assemblée, entièrement renouvelée, qui deviendra le nouveau Conseil Départemental.
Nous sommes donc dans le temps du débat démocratique.
Aussi venons-nous ici, nous, citoyens et associations, pour lancer une alarme au sujet de la situation catastrophique où se trouve la langue et la culture occitanes en général mais surtout ici dans le département de l’Hérault.
Il s’agit du patrimoine de notre département, de « nòstre país », patrimoine vivant et historique. Et le patrimoine vivant est aussi important et fragile que l’autre patrimoine historique, celui qui est matériel.
Placés face à une situation de l’occitan qui est déclarée par l’UNESCO comme étant en « Grand Danger », pour nous, la mobilisation s’impose. Elle doit venir de la base, des citoyens eux-mêmes et s’adresse à leurs assemblées territoriales.
Et à la base, nous constatons qu’il y a une demande forte dès qu’il y a une offre de qualité.
Nous le constatons tous les jours dans les écoles, les balètis, les actions culturelles.
A cette demande les associations répondent le plus souvent seules. Aucune initiative de l’état, et une action des pouvoirs publics qui est notoirement de plus en plus indigente, surtout dans  l’enseignement, et pratiquement nulle dans le domaine de la culture.
Nous attendons des collectivités territoriales qu’elles s’impliquent et agissent avec détermination pour donner un avenir à leur patrimoine, patrimoine qu’ils ont le devoir de perpétuer pour les générations à venir et qui est la richesse d’aujourd’hui et de demain de leur territoire.
Faute de quoi elles sont en défaut et n’assument pas leur responsabilité qui est au minimum de transmettre en bon état aux générations à venir le patrimoine reçu en héritage.
Dans ces temps de crise, on nous objecte les difficultés budgétaires. C’est une fausse bonne raison.
Est-ce qu’au nom de la crise on refuse d’envoyer les pompiers quand la forêt, patrimoine naturel, brûle ? Est-ce que l’on se prive des canadairs au motif qu’il y a des problèmes budgétaires en promettant de les faire tourner à la fin de la crise ?
C’est ce qui se passe actuellement pour l’occitan. En réalité CONTRE l’occitan.
Face à cela nous venons aujourd’hui alerter les élus et les candidats aux élections de mars 2015,
alerter également la population, de la nécessité d’une mobilisation active et efficace qui se donne les moyens d’éviter un désastre culturel à notre département.
Sauver le patrimoine rapporte toujours des bénéfices à long terme. Et notre région le sait bien. Car s’il a fallut l’obstination « capuda » de quelques fous pour sauver, 100 ans avant les congés payés
et le tourisme de masse, la Cité de Carcassonne et les arènes de Nîmes, nous voyons aujourd’hui à quel point cela a été payant pour la région.
Perdre son patrimoine c’est toujours s’appauvrir.
Le laisser se détruire c’est ruiner la collectivité dont on a la responsabilité.
UN PAYS QUI NE DEFEND PAS SA CULTURE ET SA LANGUE NE DEFENDRA RIEN
L’action d’aujourd’hui est toute entière tournée vers l’avenir.
Au cours de ces dernières années, force est de constater que l’action du Conseil Général a été très contrastée :
– un soutien certain dans le secteur de l’enseignement (honneur à Pierre Maurel pour le collège occitan).
– Un abandon total et une évolution calamiteuse dans le secteur de la culture,
– Rien, absolument rien pour la socialisation de la langue occitane (signalétique bilingue …)


INICIATIVA LENGADÒC