Cathy ASSEMAT, chevalier des palmes académiques
Article mis en ligne le 11 octobre 2014
Imprimer logo imprimer imprimer en pdf

Vendredi 10 octobre à la Résidence du Consul général de France, Madame Cathy ASSEMAT, professeur de lettres classiques a été élevée à la dignité de chevalier dans l’ordre des palmes académiques.

Discours du consul général

Madame ASSEMAT,
Née le 28 juin 1954 à Mazamet, vous êtes issue d’une fratrie nombreuse puisque vous êtes la cadette d’une famille de 5 enfants. Dans le Tarn industrialisé de l’époque, votre père y exerçait la profession de bonnetier et votre mère se consacrait bien évidement à l’éducation de ses enfants.
Dès votre plus tendre enfance, vous êtes attirée par les métiers de l’éducation et la transmission des savoirs vous est chevillée au corps. Vous hésitez entre institutrice, professeur d’histoire-géographie pour finalement opter pour votre passion de toujours : les lettres.
Votre parcours scolaire vous y pousse. Titulaire d’un baccalauréat A1 obtenu brillamment dans la cité mazamétaine, vous poursuivez en hypokhâgne au lycée Pierre de Fermat à Toulouse puis intégrez la faculté des lettres pour y suivre un parcours bercé par les récits des héros de l’Antiquité gréco-romaine.
Ces épopées sublimeront en vous un goût de l’aventure bien affirmé et avec votre compagnon de l’époque, médecin, vous partirez au Nicaragua en pleine révolution sandiniste. De 1979 à 1981, vous exercerez au lycée franco-nicaraguayen mais au delà, poussée par vos qualités humanistes, vous participerez à une campagne d’alphabétisation des populations défavorisées.
De retour en France, vous obtiendrez le CAPES de lettres classiques et vous enseignerez notamment à Pamiers en Ariège.
Toujours militante, avec pour tout bagage, Lucile et Justine, vos deux filles, vous rejoignez le Salvador en pleine guerre civile pour y occuper les fonctions de logisticienne pour Médecins Sans Frontières. Vous gérez une équipe de 17 expatriés et vous en ferez la plate forme d’intervention de cette organisation pour l’Amérique Centrale. Vous aurez même l’occasion d’affréter des avions lors de l’ouragan Gilbert qui frappa la Jamaïque en septembre 1988.
Le virus de l’éducation toujours présent, vous reprenez un poste au lycée français de San Salvador de 1990 à 1997 date à laquelle vous allez découvrir un autre continent : l’Afrique. Vous êtes affectée dans la capitale la plus chaude du monde. Niamey au Niger.
Vous y resterez jusqu’en 2004. Après un séjour de 4 ans dans les académies de Montpellier puis de Marseille, l’AEFE vous confie une mission à Pointe-Noire où depuis 5 ans déjà, vous coordonnez l’équipe de lettres et contribuez à travers un projet « théâtre » reconnu au rayonnement de la francophonie au Congo.
Au-delà d’un parcours divers et où chacun aura pu déceler la passionaria toujours prête à bondir, Cathy ASSEMAT est reconnue par ses pairs pour ses qualités professionnelles, sa disponibilité et sa gentillesse.
Professeur très apprécié des élèves, elle sait leur transmettre l’amour de sa discipline, les accompagner afin qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes.
Tout au long d’une carrière exemplaire, elle a su être le reflet de ce que les français attendent d’un enseignant et du système éducatif en général et mettre en exergue une maxime de son maitre à penser François RABELAIS : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».
C’est pour moi un réel plaisir de vous élever, devant l’ensemble de la communauté, à la dignité de Chevalier des Palmes Académiques.
Au nom du Ministre de l’Education Nationale, Najat VALLEAU-BELKACEM, et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, je vous fais Chevalier de l’Ordre des Palmes Académiques.

Réponse de Cathy Assemat

PDF - 441.9 ko




Forum
Répondre à cet article

Dans la même rubrique





RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2013 © Lycée Français Charlemagne - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.78.4
Hébergeur : OFIS