Skip to content

CulturAmérica

Narrow screen resolution Wide screen resolution Auto adjust screen size Increase font size Decrease font size Default font size default color cyan color green color brick color light color

On parle du Che

Che Guevara

Chanson sur le Che

Un diálogo multiétnico
Écrit par Página12   
12-01-2018
MUSICA. Transcontinental Charango llega esta noche a Rosario
Un diálogo multiétnico
Impulsado por el violinista francés Yann-Gäel Poncet, el proyecto apuesta al intercambio de jazz, electrónica, hip hop y música andina. Para ello suma la participación de Sargento García y del charanguista argentino Oscar Miranda.
Sargento García, Yann-Gäel Poncet y el charanguista mendocino Oscar Miranda.
Sargento García, Yann-Gäel Poncet y el charanguista mendocino Oscar Miranda. 

Alejado de la pura mezcla, de ese mestizaje que estalló en Europa entre fines de los 80 y principios de los 90, el violinista francés Yann-Gäel Poncet apuesta a establecer un diáloga con pares de distintas partes del mundo. Con ese concepto de intercambio, el también cantante y compositor galo le dio forma a Transcontinental Charango, el proyecto multiétnico que comparte con el franco-español Sargento García y el charanguista argentino Oscar Miranda. Esta noche, esa propuesta llegará a la explanada del Centro Cultural Roberto Fontanarrosa de San Martín 1080, donde a las 20.30 brindarán un concierto gratuito (en caso de lluvia, la presentación se trasladará a una de las salas interiores del CCRF).

 

Lire la suite...
 
Le Che une figure internationale
Écrit par Salim Lamrani   
24-01-2018

Che Guevara, apôtre des opprimés IV

https://www.mondialisation.ca/che-guevara-apotre-des-opprimes-une-figure-internationale/5622550

            Le cinquantième anniversaire de l’assassinat du Che en Bolivie le 9 octobre 1967 offre l’occasion de revenir sur le parcours du révolutionnaire cubano-argentin qui a dédié sa vie à la défense des « Damnés de la terre ».

IV.           Une figure internationale

Le Che était-il le visage de la Révolution cubaine ?

Fidel Castro a toujours été la figure emblématique de la Révolution cubaine. Le Che en était le représentant international. Il a réalisé sa première tournée diplomatique à travers le monde en juin 1959, qui dura trois mois. Fidel Castro lui avait confié la mission de parcourir l’Afrique et l’Asie, à la recherche de soutien politique. Cela illustrait la grande confiance que Fidel avait vis-à-vis de l’Argentin. Le Che rencontra Nasser en Egypte, Surkarno en Indonésie, Nehru en Inde. Il visita également la Birmanie, le Japon, Singapour, la Malaisie, la Thaïlande, Hong-Kong, le Pakistan, la Grèce, la Yougoslavie, l’Italie, le Soudan et le Maroc.

Un an plus tard, en octobre 1960, il réalisa une nouvelle tournée diplomatique dans les pays socialistes avec un objectif plus économique. Il se rendit en Tchécoslovaquie, en Russie et en Chine. Il fut à chaque fois accueilli avec beaucoup de fraternité et était ovationné par la foule à chaque apparition publique. Il prit ainsi la mesure de la popularité de la Révolution cubaine à travers le monde.

Enfin, sa participation à la Conférence du Conseil interaméricain économique et social de Punta del Este, en Uruguay, en août 1961 le transforma en figure iconique de la gauche latino-américaine.

 

La CIA a-t-elle essayé d’assassiner le Che ?

 

Dernière mise à jour : ( 24-01-2018 )
Lire la suite...
 
Che Guevara, apôtre des opprimés III
Écrit par Salim Lamrani   
19-12-2017

Che Guevara, apôtre des opprimés III

 Salim Lamrani Université de La Réunion

The Huffington Post

Version originale :

Version en français :            Le cinquantième anniversaire de l’assassinat du Che en Bolivie le 9 octobre 1967 offre l’occasion de revenir sur le parcours du révolutionnaire cubano-argentin qui a dédié sa vie à la défense des « Damnés de la terre ».

 III.         Un révolutionnaire intégral

 

Comment le Che est-il devenu Président de la Banque nationale de Cuba ?

 

Le Che n’était pas un économiste de formation mais un médecin. Même s’il possédait des connaissances dans ce domaine, acquises au fil de lectures diverses, le monde bancaire lui était étranger. Mais il fallait une personnalité probe à la tête d’une institution qui avait vu se succéder les fripons, et le Che était la personne idéale. Il a accepté la responsabilité par devoir révolutionnaire. Les nouveaux billets étaient signés de son surnom « Che ». Il a toujours eu un un mépris souverain pour les richesses matérielles.

Dernière mise à jour : ( 19-12-2017 )
Lire la suite...